Sélectionner une page

Jef Aérosol :

« L’engouement pour le street art nivelle souvent par le bas »

Depuis juillet 2019, la fresque emblématique de Jef Aérosol place Stravinsky à Beaubourg a été rejointe par celle d’Obey Giant, sans qu’il n’y ait eu de vraie concertation. Rencontre avec un pionnier du street art, qui a posé son premier pochoir en 1982 et participé au rassemblement graffiti des VLP en 1985, jusqu’à cet autoportrait de 2011 que la plupart des Parisiens connaissent.

Publié le 03 octobre 2019

Sur le grand mur reliant l’IRCAM à l’église Saint-Merri, derrière les fontaines colorées de Tinguely et Niki de Saint Phalle, se dresse l’une des œuvres murales les plus célèbres de Paris. Depuis 2011, l’autoportrait de Jef Aérosol intitulé « Chuuuttt », que beaucoup prennent à tort pour un portrait de Dali, constitue une attraction touristique reconnue. Depuis cet été, une grande fresque d’Obey intitulée Connaissance et Action s’est juxtaposée à la sienne, sans que sont avis n’ait été pris en compte.

On sait que le street art attire le street art, et qu’une première œuvre posée quelque part, pourvu qu’elle devienne emblématique, en appelle souvent une série d’autres, comme sur ces murs du Marais semés de mosaïques imitant plus ou moins directement celles de Space invader. Ces œuvres sont mises en valeur par des instagrameurs du monde entier, happés par cette concentration comme des moustiques par la lumière, et deviennent parfois plus virtuelles que physiques.

Ici, la situation est à la fois comparable et différente, puisque c’est la mairie de Paris qui a décidé de confier cet emplacement au célèbre Shepard Fairey, dit Obey, comme pour le remercier de sa précédente oeuvre installée sous la tour Eiffel à l’époque du 13 novembre 2015. Si certains se réjouissent de ces productions agglomérées, d’autres regrettent, à l’instar de Jef Aérosol, une insuffisante prise en considération du contexte dans lequel l’œuvre doit s’inscrire. Entretien fleuve avec un pionnier de ce qu’il est convenu d’appeler art urbain, fourre-tout englobant muralisme, graffiti, pochoirisme, que Jef Aérosol préfère qualifier d’art contextuel.

« Au début des années 80, Beaubourg était à la confluence du punk, de la new-wave, des skins et de la zone… »

Dans quel état d’esprit avez-vous conçu votre autoportrait Chuuuttt ? Quel est le sens de cette œuvre ?

En 2011, j’avais été invité par Dominique Bertinotti, alors maire du 4ème arrondissement de Paris, à créer une grande fresque Place Stravinsky, entre l’Église Saint-Merri et le Centre Georges-Pompidou, face à la célèbre fontaine de Tinguely et Nikki de Saint Phalle. Cette œuvre murale a été réalisée, en cinq jours, au pochoir et à la bombe aérosol. Il s’agit de mon autoportrait en grand format. Le doigt devant la bouche, je semble dire “Chuuuuttt!!!” mais j’insiste sur le fait qu’il ne s’agit en aucun cas d’une injonction à se taire. Mon message est plutôt : « Tendez l’oreille, écoutez vous les uns les autres, écoutez la symphonie urbaine, la mélodie de la cité, percevez le battement du cœur de la capitale, le pouls de Paris ». La ville, ce ne sont pas seulement les sirènes de police et le bruit des moteurs, c’est aussi les cris des enfants, le chant des oiseaux, les chansons des musiciens de rue et l’extraordinaire mélange linguistique des passants et touristes, très nombreux aux abords du Centre Pompidou. Soyez attentifs à l’autre, évitez de monopoliser la parole et laissez celle des autres faire son chemin en vous, acceptez les différences et partagez. Écarquillez les yeux et observez, nourrissez-vous de ce qui vous entoure et ne vous enfermez pas dans le confort de votre quotidien.

Quel est votre rapport au centre de Paris, en particulier à Beaubourg et aux Halles ?

Dans les années 80, je suis beaucoup intervenu dans le quartier des Halles et de Beaubourg. A la fin des années 70 et dans la première moitié de la décennie suivante, c’est un peu là que tout se passait : à l’époque du trou des halles, puis lors de la construction du Forum, tout le monde traînait dans le quartier ainsi que du côté de Beaubourg, c’était le Paris branché. Il y avait d’abord eu l’Open Market de Marc Zermati et la boutique Harry Cover, puis les Bains-Douches, les friperies du quartier, la galerie-librairie Agnès B-Christian Bourgois, la librairie Parallèle, les vinyles d’occaz Monster Melodies, les fringues Fiorucci, la Chapelle et le Diable des Lombards, le bar-restau cheap Les Deux Saules, les buskers et bateleurs du parvis Beaubourg (Mouna et John Guez en tête). Le quartier était à la confluence du punk, de la new-wave, des skins et de la zone. Saint-Michel et Saint-Germain étaient « finis » et Bastille, Belleville ou Ménilmontant n’étaient pas encore boboïsés. Je n’ai jamais vécu à Paris, mais j’y suis beaucoup venu dans la seconde moitié des années 80. On traînait aux Halles, mais aussi à Oberkampf, vers le Cithéa, et également dans le 18e où beaucoup de mes potes habitaient. Ce sont les quartiers où je posais mes pochoirs. Aujourd’hui, j’aime revenir flâner dans ce coin, même si ça a beaucoup changé. Le Centre Pompidou reste un point de référence, j’y ai vu des expos passionnantes. Le Marais est juste derrière et demeure un des plus beaux quartier de Paris. La place Stravinski est un lieu très particulier : à la fois au cœur même de la ville et pourtant singulièrement calme et presque « à l’écart », les enfants y jouent au ballon comme sur une place de village et lorsqu’on est attablé chez Dame Tartine, le temps passe au ralenti. Pas de véhicules, donc peu de vacarme de moteurs, mais un mélange de langues diverses, de chants d’oiseaux et de musiciens de rue. C’est le lieu idéal pour se poser quelques minutes lors de déambulations parisiennes.

« Une fresque murale n’est ni une affiche appliquée au hasard sur n’importe quel mur, ni un tableau accroché dans la rue comme aux cimaises d’une galerie ou d’un musée. »

« C’est la fresque la plus utilisée dans les publicités touristiques de la ville de Paris »

Une œuvre d’art urbain doit-elle faire écho à son environnement ?

Pour moi, la notion d’art contextuel est très importante. Une fresque murale n’est ni une affiche appliquée au hasard sur n’importe quel mur, ni un tableau accroché dans la rue comme aux cimaises d’une galerie ou d’un musée. Ce qui fait “œuvre” et donne tout son sens à l’image, c’est son adéquation au contexte, qu’il soit architectural, historique, culturel, social ou politique. L’interaction entre l’environnement, les passants et la nature même de l’espace constitue l’essence de l’œuvre. Ainsi, pour le “Chuuuttt!!!”, j’ai pris en compte les couleurs du site et les ai utilisées dans mon travail : le blanc des grandes cheminées d’aération du Centre Pompidou qui jouxtent la fresque du côté droit et le noir des vitraux de l’église Saint-Merri (sur la gauche) et des machines de Jean Tinguely (dans la fontaine en face). Élément très important : je n’ai pas occulté le mur et l’ai laissé visible entre les parties blanches et noires qui dessinent cet autoportrait. Le gris-ocre du mur est le ton intermédiaire entre l’ombre et la lumière et évite la sensation de recouvrement total. C’est aussi une marque de mon grand respect pour le patrimoine, pour l’existant, pour cette teinte qui est celle de la plupart des façades parisiennes et qu’il ne s’agit pas de cacher ou de gommer. En outre, j’ai voulu éviter les couleurs qui seraient entrées en conflit avec les sculptures bariolées de Niki de Saint Phalle qui déterminent une grande part de l’identité de cette place depuis 1983 et appartiennent au patrimoine parisien. J’ai également utilisé la forme du bâtiment, le profil de mon visage épouse le haut du mur et la ligne des toits, dans un souci d’harmonie et d’équilibre. Mon idée était d’être à la fois très présent et légèrement impertinent mais sans être envahissant et sans m’imposer au détriment de l’existant. A la manière d’un musicien dans un orchestre, ma partie doit servir le tout et ne doit en aucun cas prendre le dessus. En accord avec Dominique Bertinotti, c’est ce respect de l’équilibre et cette nécessité de mixer affirmation et discrétion qui m’ont également poussé à choisir de ne pas investir l’ensemble du mur, afin de laisser respirer l’espace et de ne pas le saturer.

Quelle est l’histoire de cette fresque ?

Suite à son inauguration le 18 juin 2011, cette fresque devait être détruite en 2014 pour ravalement de mur. Aujourd’hui, c’est une fresque emblématique qui fait partie intégrante du paysage urbain et est devenue l’une des œuvres d’art les plus photographiées à Paris, faisant l’objet d’innombrables photos sur blogs, websites et réseaux sociaux : elle constitue aujourd’hui une attraction touristique reconnue. Son emplacement au cœur de la capitale lui vaut d’être vue par un très grand nombre d’habitants, visiteurs et touristes. Elle est mentionnée et recommandée dans plusieurs guides touristiques et ouvrages sur Paris, dans des manuels scolaires, sans compter les très nombreuses publications traitant d’art urbain. C’est également la fresque la plus utilisée dans les publicités touristiques de la ville de Paris ou des compagnies de transport telles Eurostar, British Airways ou Expedia qui l’ont montrée dans leur spots TV. Elle a aussi servi de décor à des clips vidéo et shootings photo. Après sept ans d’existence, la fresque commençait à se délaver, la flèche rouge (ma « marque de fabrique ») avait pâli et les graffitis, tags et collages qui s’accumulent au pied du mur depuis 2011 gagnaient du terrain. Profitant du ravalement du reste du bâtiment, le bailleur social propriétaire (Elogie-Siemp) a proposé de mettre un échafaudage à ma disposition pour rénover la fresque. Ni le sponsor de 2011 (l’entreprise nordiste Doublet) ni la mairie du 4e n’ont souhaité aider financièrement cette restauration, et j’ai donc repeint le mur à mes frais en août 2018.

« Écarquillez les yeux et observez, nourrissez-vous de ce qui vous entoure et ne vous enfermez pas dans le confort de votre quotidien »

 

Comment réagissez-vous à la nouvelle œuvre d’Obey qui a été posée a côté ?

J’avais été informé en février 2019 d’un projet de fresque d’Obey par Thomas Fansten, jeune Conseiller « Art dans la Ville, Cinéma, Photographie… » auprès de Christophe Girard, adjoint culture d’Anne Hidalgo, la maire de Paris. Personne n’ayant pensé à m’aviser, il avait suggéré à ses supérieurs qu’il serait logique de m’avertir et m’avait envoyé un mail. Ma première réaction fut la surprise : pourquoi Shepard Fairey, qui a déjà signé plusieurs fresques monumentales dans la capitale, interviendrait-il à nouveau, sur ce mur et pas sur un autre et, qui plus est, sur la partie centrale qui jouxte directement ma fresque ? J’ai immédiatement douté de l’intérêt d’une telle proximité entre les deux œuvres et ai fait part à Monsieur Fansten de mes craintes : les deux fresques risqueraient de se faire du tort plutôt que de se mettre mutuellement en valeur… J’ai clairement exprimé mes réserves et ai demandé qu’une réunion ait lieu pour évoquer le projet. Une rencontre a donc eu lieu à l’Hôtel de Ville le 20 février 2019. Étaient présents : Serge Orru (proche conseiller d’Anne Hidalgo), Thomas Fansten (conseiller de Christophe Girard), David Godevais (conseiller culture à la Ville de Paris), Sarah Alby (directrice de cabinet de Christophe Girard), Medhi Ben Cheikh (directeur de la galerie Itinerrance, représentant de Shepard Fairey), Julie Dodet (mon assistante), Yveline Perroy (mon épouse et collaboratrice) et moi-même. Messieurs Orru, Fansten et Godevais ont sympathiquement rappelé l’importance de ma fresque dans le paysage urbain de la capitale et son caractère désormais incontournable tant pour les parisiens que pour les touristes mais ils m’ont également fait comprendre que cette fresque d’Obey se ferait, quoi qu’il en soit, car la ville de Paris lui « devait bien ça » (suite à son intervention sous la Tour Eiffel) et on m’a précisé qu’Anne Hidalgo tenait à ce que Shepard Fairey travaille sur ce mur et pas sur un autre. Serge Orru a également insisté sur les bonnes relations avec Medhi Ben Cheikh et leur envie de travailler avec lui. Medhi a rappelé l’importance d’ouvrir les murs parisiens à des stars internationales… 

Une cohabitation n’était-elle pas envisageable ?

Si. Pour que la fresque de Shepard Fairey s’intègre au mieux à l’existant, j’ai suggéré un travail de concertation et de collaboration afin de créer une synergie entre nos œuvres respectives, pour éviter qu’elles pâtissent chacune de la proximité de l’autre et qu’au contraire, elles se mettent mutuellement en valeur. A cet égard, j’ai émis l’idée que Shepard pourrait travailler sur la partie droite et non au centre, de façon à ce que nous puissions créer une « rencontre », même discrète ou minimaliste, sur le mur du milieu. Ainsi, nous aurions évité la proximité de deux œuvres sans rapport l’une avec l’autre et nous aurions créé un « ensemble » cohérent et harmonieux. J’ai évoqué l’importance de la dimension pédagogique de l’art mural : initier le public au « beau », à l’harmonie, à l’art contextuel. Il me semble crucial de ne pas conforter les gens dans l’aspect purement décoratif de l’art urbain, de faire comprendre que la surenchère fait souvent du mal ; œuvres toujours plus nombreuses, plus monumentales, etc. J’ai précisé que, si cela était possible, je serais ravi et très honoré de travailler ainsi en bonne intelligence avec Shepard, artiste dont, par ailleurs, j’estime le travail. On m’a affirmé que la fresque d’Obey se ferait au centre et non à droite, ce à quoi j’ai répondu que, dans ce cas, on pourrait envisager que je fasse une nouvelle intervention, discrète, sur le mur de droite, en collaboration avec Shepard (toujours dans un souci de cohérence et d’harmonie globale). Serge Orru a semblé accueillir cette idée positivement. Il me semblait, en effet, important de créer un lien entre les deux œuvres. Nous avons, à cet effet, envisagé de remplacer la cascade de couleurs à droite de mon autoportrait par des textes et/ou motifs discrets qui réapparaîtraient à droite de l’œuvre de Shepard, créant ainsi l’équilibre de l’ensemble. En fonction des dates de réalisation de la fresque de Shepard Fairey, j’ai ajouté qu’il serait judicieux que je puisse profiter de la logistique en place (échafaudage) pour cette intervention. Souhaitant de tout cœur que nous puissions travailler ensemble afin d’offrir à Paris une réalisation belle et forte, j’ai rappelé que je restais à leur entière disposition pour la suite… Il n’y a jamais eu de suite, on ne m’a pas recontacté. J’ai envoyé un mail, resté sans aucune réponse, récapitulant toutes les idées émises lors de la réunion à toutes les personnes qui y étaient présentes, ainsi qu’à Anne Hidalgo elle-même. Environ une semaine avant la réalisation de la fresque, j’ai croisé Medhi Ben Cheikh à qui j’ai demandé où en était le projet, lui précisant que je n’avais reçu aucunes nouvelles. Il m’a répondu qu’il n’en avait pas eu non plus ! Je n’ai jamais été contacté par Shepard Fairey non plus. Une dizaine de jours plus tard, la fresque était là… Je ne suis ni amer ni vindicatif mais plutôt choqué et déçu par la façon dont les choses se sont passées.

« Aujourd’hui, la place Stravinski est le lieu idéal pour se poser lors de déambulations parisiennes »

Avant la fresque de Obey (juin 2011) et après (août 2019)

Quel regard portez-vous sur la mode actuelle du street art ?

Comme toutes les « modes », ça va passer. Le beau côtoie le très laid (mais les goûts et les couleurs…), les choses passionnantes sont souvent occultées par du « buzz », passablement superficiel. La mode est au « street art », mais il ne suffit pas de peindre sur un mur pour que ça soit beau ou intéressant. Cet engouement nivelle malheureusement trop souvent par le bas, il y a pléthore d’artistes, de sites, de galeries, de magazines, de festivals, d’expos, de pseudo spécialistes ou experts, etc. Tout ça donne un cocktail dont la saveur se perd, les gens consomment sans discernement et aiment trop souvent « tout », sans opérer de tri. En plus, on met dans les mêmes tiroirs « fourre-tout » que sont le « street art » et « l’art urbain » des choses très différentes. Les gens confondent tag, graff, art urbain, muralisme, art contextuel, street art, galeries, expos, street culture, hip hop etc. Mon âge et mon ancienneté me permettent de poser un regard parfois un peu distant sur tout ça. J’étais là avant cette mode et je vois passer les choses, en évitant de me fourvoyer. Il n’est pas question de « cracher dans la soupe », car ce phénomène m’a permis d’accéder au statut dont je jouis aujourd’hui, bien sûr. Toutefois, je ne souhaite pas rester consensuel ou tiède, au motif que cette mode génère parfois des retombées positives pour moi. Et puis, il y a parmi les acteurs de ce qu’on nomme aujourd’hui « art urbain » des artistes extraordinaires dont le travail me touche beaucoup. Qu’ils soient jeunes ou plus âgés, connus ou pas, ce sont ces gens qui m’intéressent, pas ceux qui gravitent autour de ce phénomène, tentent d’en faire un « milieu » auquel ils veulent à tout prix appartenir, prétendent se battre pour un « mouvement » dont ils ne cherchent en réalité que les paillettes.

Pourquoi les gens pensent-ils à Dali en voyant votre œuvre ?

C’est un peu agaçant et incompréhensible que certaines personnes pensent à Dali en voyant mon autoportrait ! Je ne lui ressemble en rien, je n’ai pas de moustache, mon visage n’a rien à voir avec le sien. Je ne connais aucune photo de Dali avec un doigt sur la bouche. Je n’arrive pas à comprendre d’où vient cette confusion. Peut-être les yeux ? Je ne sais pas…

« J’ai immédiatement douté de l’intérêt d’une telle proximité entre les deux œuvres : elles risqueraient de se faire du tort plutôt que de se mettre mutuellement en valeur »

Pour en savoir plus sur le travail de Jef Aérosol…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Interview de Jef Aérosol pour son autoportrait Chuuuttt à Beaubourg

Interview de Jef Aérosol pour son autoportrait Chuuuttt à Beaubourg

Rencontre avec Seth Globepainter, pour une œuvre hommage à Zoo Project

Rencontre avec Seth Globepainter, pour une œuvre hommage à Zoo Project

A la découverte du Sentier Nature du 16e arrondissement

A la découverte du Sentier Nature du 16e arrondissement

Les Frigos, une histoire de l’art et de l’urbanisme à Paris

Les Frigos, une histoire de l’art et de l’urbanisme à Paris

Tentative de description d’une balade situationniste

Tentative de description d’une balade situationniste

Le Pavillon de l’Arsenal imagine l’urbanisme agricole du futur

Le Pavillon de l’Arsenal imagine l’urbanisme agricole du futur

La rénovation du musée de Cluny

La rénovation du musée de Cluny

La métamorphose du nord-est de Paris, entre projets urbains et friches transitoires

La métamorphose du nord-est de Paris, entre projets urbains et friches transitoires

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Ces anciennes gares du 18e reconverties en bars branchés

Ces anciennes gares du 18e reconverties en bars branchés

La grande randonnée du Parc des Hauteurs

La grande randonnée du Parc des Hauteurs

Rencontre avec le Président de la République de Montmartre

Rencontre avec le Président de la République de Montmartre

Le festival Monuments en mouvement fait vibrer le château de Vincennes

Le festival Monuments en mouvement fait vibrer le château de Vincennes

Interview de l’artiste urbain VHILS exposé cet été à Paris

Interview de l’artiste urbain VHILS exposé cet été à Paris

Qu’est-ce que la psychanalyse urbaine ?

Qu’est-ce que la psychanalyse urbaine ?

L’ancienne gare de Vaugirard-Ceinture

L’ancienne gare de Vaugirard-Ceinture

La fresque de Philippe Hérard rue des Couronnes

La fresque de Philippe Hérard rue des Couronnes

Un objet flottant non identifié sur le canal à Pantin

Un objet flottant non identifié sur le canal à Pantin

Le Belleville de Pilote le Hot ou la culture rapide

Le Belleville de Pilote le Hot ou la culture rapide

Le Gibet de Montfaucon, une mémoire de l’horreur au cœur de Paris

Le Gibet de Montfaucon, une mémoire de l’horreur au cœur de Paris

Sylvanie de Lutèce dévoile les mystères de Paris

Sylvanie de Lutèce dévoile les mystères de Paris

Rencontre avec le conservateur des Beaux Arts de Paris

Rencontre avec le conservateur des Beaux Arts de Paris

Le 6e arrondissement de Philippe Tesson

Le 6e arrondissement de Philippe Tesson

Quel est le point le plus haut de Paris : Montmartre ou Télégraphe ?

Quel est le point le plus haut de Paris : Montmartre ou Télégraphe ?

Le Bal de la rue Blomet renaît de ses cendres

Le Bal de la rue Blomet renaît de ses cendres

L’atelier du 54 rue du Château

L’atelier du 54 rue du Château

Une photo pittoresque : la gare de tram des Coteaux

Une photo pittoresque : la gare de tram des Coteaux

Une photo insolite : une nouvelle place handicapé

Une photo insolite : une nouvelle place handicapé

Jean-Louis Celati, le vrai titi parigot

Jean-Louis Celati, le vrai titi parigot

Pin It on Pinterest