Sélectionner une page

L’atelier de la rue du Château,
haut lieu du Surréalisme

Entre 1923 et 1928, Marcel Duhamel, futur créateur de la Série Noire, héberge ses amis Jacques Prévert et Yves Tanguy, ainsi que leurs compagnes, dans ce pavillon qu’il a réhabilité. Un lieu mythique qui vit passer tous les Surréalistes et où serait né le cadavre exquis.

Publié le 1er juillet 2017

L’atelier du 54 rue du château, Paris 14e, fait partie de ces adresses mythiques de l’histoire de l’art. Jacques Prévert et le peintre Yves Tanguy, qui s’étaient rencontrés pendant leur service militaire, vivaient avec leurs compagnes dans  cette « luxueuse maison édifiée par les soin de Marcel Duhamel ». « C’était très agréable à vivre et beaucoup de gens passaient là », se rappelle le poète au micro de Jean-Marie Drot en 1960. Marcel Duhamel, traducteur, éditeur et futur créateur de La Série noire, avait fait la rencontre de Prévert et Tanguy lors à l’armée d’Orient. Il loue en 1923 ce pavillon d’un étage, « une toute petite bicoque de marchand de peau de lapin » selon Prévert, avant de la transformer en une demeure bohème et accueillante. Dès qu’il avait un moment, il quittait le grand hôtel qu’il gérait – l’hôtel Grosvenor rue Pierre Charron, puis l’hôtel Ambassador, boulevard Haussmann – pour rejoindre le petit hôtel de ses amis. Vers 1925, Prévert et Tanguy croisent par hasard Robert Desnos dans un café de Montparnasse : ça y est, la connexion est faite avec le groupe surréaliste !

 

Dans Hebdromadaires (1972), Prévert se souvient : « Breton disait de la rue du Château qu’il n’avait pas vu pareille atmosphère de liberté… Il y avait un peintre, Yves Tanguy qui n’avait jamais peint, un mécène, Marcel Duhamel, qui était alors directeur d’hôtel, et moi qui ne foutais rien. » On y trouve « le véritable alambic de l’humour au sens surréaliste », confie Breton dans ses Entretiens.

C’était un atelier, un phalanstère, une maison ouverte à tous vents, aux artistes et aux chats… Giacometti, Desnos, Breton, Queneau y passaient, Benjamin Peret, puis Aragon y ont vécu. Beaucoup de réunions surréalistes s’y sont tenues et c’est là que Prévert aurait donné au jeu des petits papiers le nom de « cadavre exquis ». L’atelier ressemblait de l’extérieur au Château tremblant au canal de l’Ourcq, également démoli au moment où parle Prévert, lorsqu’il est interviewé par Jean-Marie Drot dans les Heures chaudes de Montparnasse.

Si les trains passent aujourd’hui sous la rue du château, dans les années 20 ils passaient au-dessus, sur un pont. Cette portion de la rue a disparu, elle est devenue la place des Cinq-Martyrs-du-Lycée-Buffon, contemporaine de l’ensemble Maine-Montparnasse qui recouvre la gare et mitoyenne de la place de Catalogne. On imagine l’ancien atelier de Prévert et Tanguy dans l’ouverture donnant sur les rails, serré entre le bâtiment de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, de type néo-hellénique grandiloquent, et celui de CNP Assurance à la façade de verre miroitant.

Je n’ai pas retrouvé de photos du lieu lui-même, mais peut-être que celle où l’on voit Jacques Prévert, sa femme et son frère Pierre entourant André Breton aux alentours de 1925 y a été prise (trouvée sur le site http://www.marcel-carne.com). En revanche, mes recherches m’ont amené découvrir deux photos anciennes de la rue du Château, telle qu’elle était au tout début du siècle, bien avant la construction de l’actuelle Gare Montparnasse. J’ai retrouvé la première, prise depuis la passerelle surplombant le passage à niveau, dans la collection de cartes postales anciennes de Jean-Louis Celati, et la seconde, où l’on distingue la passerelle sur la droite, dans un Bulletin de la Société historique et archéologique du 15e.

PS : En feuilletant le livre Jacques Prévert, l’humour de l’art (Naïve, 2007), j’ai finalement découvert en mai 2018 une photo de Jacques Prévert posant devant la grille de la rue du Château (ci-dessus). Auteur inconnu (D.R.), tout comme la photo des frères Prévert avec Simone Prévert et André Breton.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rencontre avec Seth Globepainter, pour une œuvre hommage à Zoo Project

Rencontre avec Seth Globepainter, pour une œuvre hommage à Zoo Project

A la découverte du Sentier Nature du 16e arrondissement

A la découverte du Sentier Nature du 16e arrondissement

Les Frigos, une histoire de l’art et de l’urbanisme à Paris

Les Frigos, une histoire de l’art et de l’urbanisme à Paris

Tentative de description d’une balade situationniste

Tentative de description d’une balade situationniste

Le Pavillon de l’Arsenal imagine l’urbanisme agricole du futur

Le Pavillon de l’Arsenal imagine l’urbanisme agricole du futur

La rénovation du musée de Cluny

La rénovation du musée de Cluny

La métamorphose du nord-est de Paris, entre projets urbains et friches transitoires

La métamorphose du nord-est de Paris, entre projets urbains et friches transitoires

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Ces anciennes gares du 18e reconverties en bars branchés

Ces anciennes gares du 18e reconverties en bars branchés

La grande randonnée du Parc des Hauteurs

La grande randonnée du Parc des Hauteurs

Rencontre avec le Président de la République de Montmartre

Rencontre avec le Président de la République de Montmartre

Le festival Monuments en mouvement fait vibrer le château de Vincennes

Le festival Monuments en mouvement fait vibrer le château de Vincennes

Interview de l’artiste urbain VHILS exposé cet été à Paris

Interview de l’artiste urbain VHILS exposé cet été à Paris

Qu’est-ce que la psychanalyse urbaine ?

Qu’est-ce que la psychanalyse urbaine ?

L’ancienne gare de Vaugirard-Ceinture

L’ancienne gare de Vaugirard-Ceinture

La fresque de Philippe Hérard rue des Couronnes

La fresque de Philippe Hérard rue des Couronnes

Un objet flottant non identifié sur le canal à Pantin

Un objet flottant non identifié sur le canal à Pantin

Le Belleville de Pilote le Hot ou la culture rapide

Le Belleville de Pilote le Hot ou la culture rapide

Le Gibet de Montfaucon, une mémoire de l’horreur au cœur de Paris

Le Gibet de Montfaucon, une mémoire de l’horreur au cœur de Paris

Sylvanie de Lutèce dévoile les mystères de Paris

Sylvanie de Lutèce dévoile les mystères de Paris

Rencontre avec le conservateur des Beaux Arts de Paris

Rencontre avec le conservateur des Beaux Arts de Paris

Le 6e arrondissement de Philippe Tesson

Le 6e arrondissement de Philippe Tesson

Quel est le point le plus haut de Paris : Montmartre ou Télégraphe ?

Quel est le point le plus haut de Paris : Montmartre ou Télégraphe ?

Le Bal de la rue Blomet renaît de ses cendres

Le Bal de la rue Blomet renaît de ses cendres

L’atelier du 54 rue du Château

L’atelier du 54 rue du Château

Une photo pittoresque : la gare de tram des Coteaux

Une photo pittoresque : la gare de tram des Coteaux

Une photo insolite : une nouvelle place handicapé

Une photo insolite : une nouvelle place handicapé

Jean-Louis Celati, le vrai titi parigot

Jean-Louis Celati, le vrai titi parigot

Pin It on Pinterest