Sélectionner une page

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

Entre 1904 et 2018, l’avenue de Breteuil est restée la même. Mais si les enfants jouent toujours sur le terre-plein où une aire de jeux a été installée, leur accoutrement a bien changé.

La préparation d’une page avant/après amène parfois de jolies surprises. Si, à partir d’une série de cartes postales du début du 20e siècle montrant l’intersection entre l’avenue de Breteuil et le boulevard Pasteur, on cherche aujourd’hui à en faire des vues comparables, on est d’abord frappé par une chose : une continuité historique remarquable, puisque des enfants jouent toujours à cet endroit. L’activité ludique a même été pérennisée par l’installation d’une aire de jeux entre la place de Breteuil et le boulevard Pasteur.

Au niveau de cette place de Breteuil, dans la perspective du dôme des Invalides, on ne peut s’empêcher de noter aujourd’hui la présence d’une statue. En cherchant cette statue sur la photo ancienne, qu’on ne saurait d’ailleurs dater précisément, on ne remarque d’abord rien. Puis on découvre, sur un socle, un espace curieusement vide. C’est en 1904 que cette représentation de Louis Pasteur par Falguière fut installée pour rendre hommage au grand scientifique qui avait créé en 1888 l’Institut de recherche voisin. Si la statue était en cours de mise en place lors de la prise de vue, on en déduit que la photo date de 1904. Auparavant s’y dressait un château d’eau captant un puits artésien, après que la partie sud de l’avenue de Breteuil avait été occupée par les abattoirs de Grenelle, entre 1818 et l’ouverture de ceux de Vaugirard qui prirent le relais en 1898.

Si l’on poursuit ce jeu de différences, il faut noter, au-delà du gazon qui a remplacé le sable du terre-plein, un changement dans l’accoutrement des jeunes filles, vêtues jadis de jolis chapeaux et de robes de dentelles à volants, tout comme ces couvre-chefs des nourrices ou des parents. Avant 1914, les enfants des milieux bourgeois, très apprêtés, semblaient des représentations miniatures des adultes. Aujourd’hui, le côté pratique domine et les parents debout portent les cartables de leurs rejetons.

2 Commentaires

  1. Jacques Deval

    Julien lisant avec retard et essayant à travers mes marches-alerte « Paysage » de valoriser le travail de projet de JCN Forestier,
    Je te propose d’enrichir ton propos sur l’histoire de l‘avenue de Breteuil c’est lui qui l’a faire naître comme tu la montre alors qu’ à la fin des travaux haussmannien l’avenue était resté longtemps abandonné car n’ayant aucune fonctionnalité de circulation utile, donc une arrière cour/garage pour l’entretien de l’espace public parisien.
    lire l’ouvrage « Grandes villes et systèmes de parcs Jean Claude Nicolas Forestier » de Bénédicte Leclerc et Salvador Tarragò i Cid Norma 1997

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Le marché aux fleurs de la Cité

Le marché aux fleurs de la Cité

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

Le square du Vert-Galant

Le square du Vert-Galant

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

Le Pont de Sully, changeant et éternel

Le Pont de Sully, changeant et éternel

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

La rue Saint-Antoine résiste au temps

La rue Saint-Antoine résiste au temps

Une statue de la Liberté en évolution

Une statue de la Liberté en évolution

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

De l’usine électrique au Grand Pavois

De l’usine électrique au Grand Pavois

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

De la caserne à la ZAC Dupleix

De la caserne à la ZAC Dupleix

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Sous les piliers du viaduc de Passy

Sous les piliers du viaduc de Passy

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

La place de Passy traverse le temps

La place de Passy traverse le temps

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Pin It on Pinterest