Sélectionner une page

Les Buttes Chaumont vues par Aragon
dans Le Paysan de Paris

« Voici le palais qu’il te faut, grande mécanique pensante, pour savoir enfin qui tu es »

Le Paysan de Paris est un chef d’œuvre de la littérature surréaliste. Parmi quatre proses de taille inégale, Le sentiment de la nature aux Buttes Chaumont est un extraordinaire morceau de bravoure. Aragon, Breton et Marcel Noll, un soir d’août 1925 qu’ils se promènent désœuvrés rue Fontaine où vit Breton, descendent la rue jusqu’à la Place Saint-Georges, à la recherche d’une activité qui éveillerait leurs sens.

« Nous nous sentions tous trois de faibles ressources dans la basse clarté humide du printemps, sur les pentes de Montmartre où diverses tentations clignaient de l’œil sans acquérir ce pouvoir que nous aurions aimé leur reconnaître ».

Lorsqu’ils parviennent autour de Notre-Dame de Lorette surgit une idée jetée comme un chapeau : les Buttes Chaumont, ce parc construit sous Haussmann dans le nord-est de Paris. Ils montent dans un taxi et foncent vers le 19e. Ils s’embarquent pour une épopée nocturne à la découverte de l’inconnu et du pittoresque, dans ce parc inauguré pour l’exposition universelle de 1867. Sur les pas d’Aragon, on va retrouver l’esprit de ce rêve éveillé.

Aragon décrit cette promenade de façon presque hallucinée, dans une prose ample et romantique. Les amis avancent nuitamment dans ce jardin de l’inconscient, observent, croisent des couples qui s’embrassent, échangent leurs impressions en inventant des histoires. Aragon a des interrogations mystiques: « Qui me dira le secret des arceaux de fer qui limitent les chemins, le long des pelouses ? » Il invoque l’urbanisme haussmannien teinté de rêverie rousseauiste, décrit la topographie des buttes, et fait parler une statue dans un monologue surréaliste sur la futilité des humains. Il évoque le belvédère surmonté d’une folie – le temple de la Sibylle -, la cascade, le lac, le pont des suicidés, ou les inscriptions des piédestaux qu’il reproduit telles quelles, incluant des morceaux de réel dans son livre comme Breton des photographies dans Nadja.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSCRIVEZ-VOUS !

Les visites ont lieu en petit groupe, de façon à être discret et à se fondre dans le paysage. Le prix par personne dépend du nombre de participants, de la durée et de la nature de la visite.

Si vous souhaitez utiliser votre droit d’accès, de rectification ou d’opposition sur vos données nominatives collectées ou utiliser votre droit à la portabilité de vos données personnelles, vous pouvez l’exercer en écrivant à [email protected].

Pin It on Pinterest