Sélectionner une page

De la caserne à la ZAC Dupleix

Avant même qu’on y bâtisse cette caserne dont demeurent aujourd’hui les deux pavillons et la grille d’entrée, le lieu accueillit le château de Grenelle

Par une après-midi comme les autres, les enfants jouent au ballon, courent et roulent sur la plate-forme située entre le square Dupleix, qui vient d’être rebaptisé Franck Bauer, en hommage au dernier speaker de Radio Londres, et le récent square Nicole-de-Hauteclocque, en contrebas. Derrière la grille, on les voit trottiner entre deux pavillons qui accueillent une crèche municipale et la Fondation de la Résistance. Cette vision offre une ressemblance stupéfiante avec une carte postale des années 1910 montrant l’entrée de la caserne, où un garde se tient droit devant sa guérite du côté gauche de la grille ouverte. Sur la vue actuelle, une petite fille passe en patins à roulettes devant les grilles masquant une sculpture sphérique, cadran solaire installé en 1998, tandis qu’au fond se dessinent les immeubles modernes encadrant le square encaissé.

Deux siècles avant la caserne, un château se dressait sur cette ancienne « place de Grenelle » : la maison de campagne du comte de Tréville, capitaine des mousquetaires du roi. Racheté par l’État en 1751, il accueille le bureau d’études de l’architecte Ange-Jacques Gabriel qui allait bâtir l’École militaire voisine. Sous la Révolution, la Convention y installe une poudrerie dirigée par le chimiste Chaptal, qui explose en 1794, épisode marquant de la vie locale. Tout le sud de Paris est ébranlé par la détonation qui cause plus de 600 morts. Après la poudrerie, on y établit un gymnase militaire où sont formés plusieurs centaines d’éducateurs militaires jusqu’en 1838.

C’est entre 1852 et 1856 qu’est bâtie la caserne abritant différentes unités de cavalerie durant le Second Empire. On lui donne le nom de Joseph François Dupleix (1697-1763), gouverneur général des Établissements français de l’Inde. Pendant la IIIe république, elle sert de casernement à des régiments de dragons cuirassiers, jusqu’à la mobilisation de 1939. En 1945, la caserne devient un quartier de l’arme du train (appelé aujourd’hui commandement de la logistique), vendu en 1988 à la ville de Paris pour édifier la ZAC Dupleix. A l’emplacement de l’ancienne caserne, donc, les dragons cuirassiers, figés dans leurs postures militaires, ont laissé place au mouvement perpétuel des enfants du 15e.

7 Commentaires

  1. Brun

    J’ai fait mon service militaire dans cette caserne de février 1981 à novembre 1981. Je montais la garde car j’étais à la police militaire. De notre chambrée, nous voyions la tour Eiffel.

    Réponse
  2. Dominique Fravallo

    J’ai vécu plus de 10 ans rue Desaix face a la caserne Dupleix .Comment vous transmettre une photo

    Réponse
    • Julien Barret

      Merci de votre message et de cette proposition d’envoi. Vous pouvez m’écrire via le formulaire de contact ici : https://autour-de-paris.com/contact A bientôt !

      Réponse
  3. Loth pierre

    Après mes deux mois de « classes », j’ai logé dans cette caserne . J’ai donc travaillé comme 2 ème classe de octobre 1975 à août 1976 pour les installations militaires sur paris . Je rentrais le soir à Dupleix pour dormir . Des bons et mauvais souvenirs…

    Réponse
  4. Loth pierre

    Bonjour, j’ai effectué mon service militaire de 1975 à août 1976 et je logeais dans cette caserne . Souvenirs douloureux pour moi…

    Réponse
    • Julien Barret

      Merci pour vos deux commentaires, j’espère ne pas avoir réveillé en vous trop de mauvais souvenirs en évoquant le passé de cette caserne ! Bien à vous. J.B.

      Réponse
  5. le baraillec

    J’ai fait mon service militaire dans cette caserne en 1977-78. C’était le 1er Régiment du Train ( 1er R.T), que de souvenirs.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le mystérieux rhinocéros des Tuileries

Le mystérieux rhinocéros des Tuileries

Du Café du Croissant au bistrot actuel

Du Café du Croissant au bistrot actuel

Au chien qui fume

Au chien qui fume

Le mythique passé de l’impasse des Arbalétriers

Le mythique passé de l’impasse des Arbalétriers

L’échauguette de l’hôtel Lamoignon

L’échauguette de l’hôtel Lamoignon

Le bar des Nautes, ex-maison des Célestins

Le bar des Nautes, ex-maison des Célestins

L’escalier de la rue des Degrés

L’escalier de la rue des Degrés

L’ancienne coutellerie de la rue Léopold-Bellan

L’ancienne coutellerie de la rue Léopold-Bellan

Au Rocher de Cancale

Au Rocher de Cancale

De la place Royale à la place des Vosges

De la place Royale à la place des Vosges

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Le marché aux fleurs de la Cité

Le marché aux fleurs de la Cité

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

Le square du Vert-Galant

Le square du Vert-Galant

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

Le Pont de Sully, changeant et éternel

Le Pont de Sully, changeant et éternel

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

La rue Saint-Antoine résiste au temps

La rue Saint-Antoine résiste au temps

Une statue de la Liberté en évolution

Une statue de la Liberté en évolution

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

De l’usine électrique au Grand Pavois

De l’usine électrique au Grand Pavois

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

De la caserne à la ZAC Dupleix

De la caserne à la ZAC Dupleix

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Sous les piliers du viaduc de Passy

Sous les piliers du viaduc de Passy

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

La place de Passy traverse le temps

La place de Passy traverse le temps

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Pin It on Pinterest