Sélectionner une page

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

Au carrefour de la rue Jouvenet et de l’avenue de Versailles, un immeuble récent a remplacé l’ancien Hôtel du chemin de fer.

Là où se rejoignent la rue Jouvenet et l’avenue de Versailles, un immeuble à flanc de coteau s’avance comme un paquebot vers le boulevard Exelmans. Un magasin Monop’ en occupe le rez-de-chaussée, tout comme celui du bâtiment mitoyen en briques rouges et pierres blanches, auquel une toiture en zinc a été ajoutée. Encore récemment, l’ancien immeuble d’angle était visible, jusqu’à sa rénovation par une équipe d’architectes qui l’a rehaussé de deux étages, doté d’une terrasse et d’une structure irrégulière, avec des baies vitrées ouvertes sur le carrefour.

La rue Jouvenet, qui tient son nom du peintre et dessinateur Jean Jouvenet (1644-1717) est une voie de l’ancienne commune d’Auteuil. Elle est indiquée sur le cadastre de 1823 sous le nom de rue de la Réunion, et a pris son nom actuel en 1864.

En lieu et place du supermarché, la photographie ancienne, sans doute prise en 1910, dévoile la présence de l’Hôtel du chemin de fer, qui devait son nom à la proximité d’une gare de la ligne de ceinture, la station Point du jour, anciennement située sur le viaduc d’Auteuil. Difficile d’imaginer le pittoresque viaduc, comparable au pont de Bir Hakeim, sur l’emplacement actuel du boulevard Exelmans. Ouverte aux voyageurs en 1867 comme l’ensemble des gares de la rive gauche, la station est fermée au trafic en 1934, puis détruite dans les années 1960, en même temps que le viaduc d’Auteuil.

Jouons au jeu des différences : le Monop’ a pris la place de l’hôtel ; un camion de livraison a remplacé le livreur à cheval, comme les automobiles ont changé ; les rues sont désormais dotées de lampadaires. Mais surtout, que fait ce dirigeable dans le ciel de Paris ? Au début 20e siècle, la vogue des dirigeables connaitra une courte fortune, depuis les exploits de Santos Dumont dans le ciel parisien en 1901 jusqu’à l’incendie du zeppelin Hindenburg en 1937 aux alentours de New-York. Aujourd’hui, lorsqu’un dirigeable survole la capitale, comme le 17 juillet 2014, c’est pour en mesurer le taux de pollution.

6 Commentaires

  1. Daniel Marcas

    Petite précision . L’immeuble n’a pas été réhabilité mais remplacé ! Vous sous-entendez que c’est le m^me immeuble, mais non . Après l’Hotel du Chemin de Fer il y a eu une pizzeria (Don Luigi) bien longtemps après. Elle fut incendiée et l’immeuble a été laissé à l’abandon pendant quelques années. Ce n’est que vers 2010 que le tout a été rasé.

    Réponse
    • Julien Barret

      Cher Daniel Marcas, merci beaucoup pour cette utile précision. Vous faites bien de me corriger car en effet, je n’avais pas trouvé beaucoup d’informations quant à cette construction récente que, dans la mesure où sa base retrouvait les proportions de la précédente, je présumais à tort être une réhabilitation.

      Réponse
  2. Barbagallo

    Reconstitution en 3D du Viaduc d’Auteuil (Paris 16)

    Je m’appelle Giovanni Barbagallo, je suis architecte – infographiste 3D.
    Pour passion, j’ai reconstitué le Viaduc d’Auteuil ou du Point du jour à Paris 16. Je vous invite à visiter mon site internet sur lequel j’ai publié plusieurs images:
    http://www.giovannibarbagallo.com

    N’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé.

    Cordialement,

    Giovanni Barbagallo

    Réponse
  3. Julien b

    Merci beaucoup pour votre commentaire qui complète en effet cet article sur les environs du viaduc d’Auteuil.

    Réponse
  4. Daniel MARCAS

    Merci pour ce rappel qui appelle quelques observations.
    Le viaduc d’auteuil fut démolie en 1959. Mais il ne comportait plus ses rails. Le viaduc a été endommagé dans le secteur par les bombardements anglo-américains de 1943 visant à l’origine les Usines Renault de Billancourt. Ce quartier du 16ème dont le nom d’origine est Le Point-du-Jour a subi un certains nombres de destructions. Certains immeubles en portent encore les stigmates. La rue Jouvenet fait partie des voies qui ont reçus dans le m^me secteur des noms de peintres. Il y a la rue Van Loo, non-loin (ancienne rue du Bac, car un bac reliait le Point-du-Jour à Javel (et son moulin) situé en face, avant la construction du viaduc), il y a la rue Lancret et il y avait jusqu’aux années 1930 une rue Théniers(un autre peintre) qui a disparue. Elle se trouvait dans le prolongement de la rue Lancret sur le trottoir opposé le long de l’avenue de Versailles.

    Réponse
    • Julien Barret

      Merci beaucoup pour ce commentaire très complet sur ce que fut le quartier du Point du Jour et sur les destructions qu’il a subies durant la Seconde Guerre Mondiale.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Le Grand Cinéma Saint-Paul

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Saint-Germain-l’Auxerrois et sa mairie

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Montparnasse : de la gare au centre commercial

Le marché aux fleurs de la Cité

Le marché aux fleurs de la Cité

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

La libellule d’Hector Guimard porte Dauphine

Le square du Vert-Galant

Le square du Vert-Galant

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

De l’hôpital Boucicaut à l’écoquartier

Le Pont de Sully, changeant et éternel

Le Pont de Sully, changeant et éternel

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

L’église Saint-Pierre-de-Chaillot

La rue Saint-Antoine résiste au temps

La rue Saint-Antoine résiste au temps

Une statue de la Liberté en évolution

Une statue de la Liberté en évolution

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

Le passage du Grand Cerf, abandonné puis rénové

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

La porte de Saint-Cloud, du pavillon d’octroi aux fontaines de la Seine

De l’usine électrique au Grand Pavois

De l’usine électrique au Grand Pavois

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

La Samaritaine, 150 ans d’histoire

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

L’avenue Kléber, sa parfumerie, son kiosque et son tabac

De la caserne à la ZAC Dupleix

De la caserne à la ZAC Dupleix

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Le boulevard du Temple, du cireur aux skateurs

Sous les piliers du viaduc de Passy

Sous les piliers du viaduc de Passy

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

Une rue de Longchamp moins animée qu’en 1910

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

L’avenue de Breteuil, 114 ans plus tard

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

De l’École Universelle à la pépinière d’entreprises

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Rue Desnouette, que reste-t-il du vieux Paris ?

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Le bois de Boulogne, 120 ans après

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Du village de Grenelle au quartier Beaugrenelle

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

Les Variétés-Parisiennes de la rue de la Croix-Nivert

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Hôtel du chemin de fer au Monop’

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’Ecole commerciale de la rue Armand Moisant à Novancia

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

De l’ancien théâtre de Grenelle au HBM art déco

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

Que reste-t-il du Château Tremblant, hôtel mythique du canal de l’Ourcq ?

La place de Passy traverse le temps

La place de Passy traverse le temps

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

L’étonnante perspective de la rue Fresnel

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Voyage bucolique au fil de la rue Berton

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Des abattoirs au parc Georges Brassens

Pin It on Pinterest